Les adolescents

Contenus

Pourquoi les ados sont ils mous?, Marion Montaigne, 2016.

Doit-on s'indigner de la mollesse d'un ado ? Ne vous emballez pas, le Professeur Moustache vous aide à relativiser : cette nonchalance adolescente (que vous aussi avez vécue, ne l'oublions pas), ce n'est pas sa faute! Le professeur Moustache vous explique tout.

La vidéo ici

Paradoxes et dépendance à l’adolescence,Philippe Jeammet, 2016.

"L’adolescence m’est apparu très vite comme un remarquable révélateur des contradictions, en fait, nous le verrons, il est plus juste de dire des para-doxes dont l’être humain est porteur. [...]"

Le texte ici

Entrer dans l’adolescence et en sortir

La jeunesse apparaît souvent comme une période enviable de l’existence : la liberté commence, le monde s’ouvre à nous. La plupart des jeunes disent d’ailleurs que tout va bien pour eux. Mais on peut aussi se sentir mal à l’aise avec les autres durant l’adolescence, s’angoisser pour le futur et ressentir une souffrance morale parfois intense.

A partir de l’âge de 12 ans et jusqu’à 25 ans, chacun vit à sa façon la transition entre l’enfance et l’âge adulte. Ce sont des années où nous affirmons notre identité, nous gagnons notre autonomie, nous prenons des décisions importantes pour notre avenir professionnel.  

Les hauts et les bas font partie des étapes normales, depuis l’entrée dans l’adolescence jusqu’au moment où l’on en sort.

Ces turbulences laissent alors place, la plupart du temps, à une plus grande stabilité. Chercher du soutien autour de nous durant cette période chahutée, demander de l’aide en cas de mal-être : autant de réflexes qui permettent de préserver notre santé mentale.

(source: psycom)

Bibliographie sélective

Blaya C. (2010). Décrochages scolaires, l’école en difficulté. De Boeck : Bruxelles.

Catheline, N. (2001). Quand penser devient douloureux: Intérêt du travail thérapeutique de groupe en institution et avec médiateur dans la pathologie du jeune adolescent. La psychiatrie de l'enfant. 44(1), 169-210.

Catheline, N. (2002). Des médiations au service d'un groupe de jeunes adolescents. Enfances & Psy. 19(3), 63-70.

Cloutier R. (1998). Psychologie de l’adolescence. Paris : Gaëtan Morin.

Coleman J.C. & Hendry, L. (1996). The nature of adolescence. New York: Routledge.

Coslin P.G. (2003). Psychologies de l’adolescent. Paris : Armand Colin.

Dayan, J. & Guillery-Girard, B. (2011). Conduites adolescentes et développement cérébral : psychanalyse et neurosciences. Adolescence. 77(3), 479-515.

Erikson E.H. (1968). Adolescences et crise. La quête de l’identité. Paris : Flammarion.

Jeammet P. (2004a), L’adolescent aujourd’hui : réflexions d’un clinicien sur la violence à l’adolescence.http://www.academie-medecine.fr/ladolescent-aujourdhui-reflexions-dun-clinicien-sur-la-violence-a-ladolescence/

Jeammet, P. (2004b). La dépression chez l'adolescent.in : Serge Lebovici (Ed), Nouveau traité de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent, (pp. 1477-1499), Paris : PUF.

Jeammet P. (2006) Comment comprendre les pathologies mentales à l’adolescence ? http://www.yapaka.be/actualite/comment-comprendre-les-pathologies-mentales-de-ladolescence

Jeammet P. (2014). Grandir en temps de crise. Montrouge : Bayard.

Marcelli M. & Braconnier D. (2013) Adolescence et psychopathologie. Paris : Elsevier-Masson.

Marty, F. (2010). Adolescence et émotion, une affaire de corps. Enfances & Psy, 49(4), 40-52.

Moro M.R. (2015). Les ados expliqués à leurs parents. Montrouge: Bayard

Roussillon R. (2009). La destructivité et les formes complexes de la « survivance » de l’objet.

Virat, M. & Clerc, J. (2017). Se contrôler à l’adolescence: Entre contraintes cérébrales et possibilités environnementales. Les Cahiers Dynamiques, 71(1), 33-45.

Winnicott, D. D. (1971). Jeu et réalité, Paris : Gallimard.

Winnicott, D. D. (1994). Déprivation et délinquance. Paris: Payot.

Winnicott, D. D.(2000). La crainte de l'effondrement et autres situations cliniques. Paris : PUF.

Winnicott, D. D. (2004). Vivre créativement, Conversations ordinaire, Paris : Gallimard.

Winnicott, D. D. (2015). La capacité d’être seul. Paris : Payot.