4.

Psychothérapie

pour les adolescents

La question de l’adolescence revient à se demander si cet adolescent va grandir pour devenir un adulte qui va bien.

 

L'adolescence est un cap à passer, un processus de construction. 

L'adolescent n'a pas choisi d'être entraîné dans cette tempête développementale. Il ne peut néanmoins l'éviter à moins de rester échoué sur le côté de sa vie.

 

L'intensité du vécu adolescent dépendra de chaque individu, elle pourra éventuellement être traversée, acceptée, avec plus de facilité avec une aide extérieure au cercle familial, avec l’appui engagé et inconditionnel du thérapeute qui facilitera la transition de l'enfant vers l'adulte.

  • La relation au sein de la famille,

  • la scolarité,

  • les fréquentations,

  • l'attitude face au cadre,

  • le respect des règles ou bien encore

  • l'estime de soi,...

 

...sont autant de motifs d'inquiétude qui amènent les parents à demander une consultation pour leur enfant ou leur adolescent.

Bien souvent, il ou elle ne sait pas ce qu'il vient faire là et répond à la demande familiale par obéissance, loyauté ou tout simplement pour avoir la paix.

Si tu lis ces lignes et que tu n'es pas (encore) un adulte, saches que la demande de tes parents ne sera jamais confondue avec la tienne. Qui demande ? Qui a besoin ? Et de quoi ? Voilà une question qui pourrait nous faire réfléchir ensemble...

Psychothérapie pour adultes

ici

Pour aller plus loin...

Blaya C. (2010). Décrochages scolaires, l’école en difficulté. De Boeck : Bruxelles.

Catheline, N. (2001). Quand penser devient douloureux: Intérêt du travail thérapeutique de groupe en institution et avec médiateur dans la pathologie du jeune adolescent. La psychiatrie de l'enfant. 44(1), 169-210.

Catheline, N. (2002). Des médiations au service d'un groupe de jeunes adolescents. Enfances & Psy. 19(3), 63-70.

Cloutier R. (1998). Psychologie de l’adolescence. Paris : Gaëtan Morin.

Coleman J.C. & Hendry, L. (1996). The nature of adolescence. New York: Routledge.

Coslin P.G. (2003). Psychologies de l’adolescent. Paris : Armand Colin.

Dayan, J. & Guillery-Girard, B. (2011). Conduites adolescentes et développement cérébral : psychanalyse et neurosciences. Adolescence. 77(3), 479-515.

Erikson E.H. (1968). Adolescences et crise. La quête de l’identité. Paris : Flammarion.

Jeammet P. (2004a), L’adolescent aujourd’hui : réflexions d’un clinicien sur la violence à l’adolescence.http://www.academie-medecine.fr/ladolescent-aujourdhui-reflexions-dun-clinicien-sur-la-violence-a-ladolescence/

Jeammet, P. (2004b). La dépression chez l'adolescent.in : Serge Lebovici (Ed), Nouveau traité de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent, (pp. 1477-1499), Paris : PUF.

Jeammet P. (2006) Comment comprendre les pathologies mentales à l’adolescence ? http://www.yapaka.be/actualite/comment-comprendre-les-pathologies-mentales-de-ladolescence

Jeammet P. (2014). Grandir en temps de crise. Montrouge : Bayard.

Marcelli M. & Braconnier D. (2013) Adolescence et psychopathologie. Paris : Elsevier-Masson.

Marty, F. (2010). Adolescence et émotion, une affaire de corps. Enfances & Psy, 49(4), 40-52.

Moro M.R. (2015). Les ados expliqués à leurs parents. Montrouge: Bayard

Roussillon R. (2009). La destructivité et les formes complexes de la « survivance » de l’objet.

Virat, M. & Clerc, J. (2017). Se contrôler à l’adolescence: Entre contraintes cérébrales et possibilités environnementales. Les Cahiers Dynamiques, 71(1), 33-45.

Winnicott, D. D. (1971). Jeu et réalité, Paris : Gallimard.

Winnicott, D. D. (1994). Déprivation et délinquance. Paris: Payot.

Winnicott, D. D.(2000). La crainte de l'effondrement et autres situations cliniques. Paris : PUF.

Winnicott, D. D. (2004). Vivre créativement, Conversations ordinaire, Paris : Gallimard.

Winnicott, D. D. (2015). La capacité d’être seul. Paris : Payot.